Les seniors : l'entreprise a été toute leur vie

Jean
Jean Joubert
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

H. Varin et Fils

Ils sont tous les quatre nés avec un marteau dans les mains et ils ont passé leur vie à travailler le bois à l'usine fondée par leur parent Étiennette et Hervé Varin. André, Guy, Yvan (décédé il y a une quinzaine d'années) et Robert sont maintenant les « seniors » de l'entreprise. Encore plus ou moins actifs, ils aiment bien se retrouver au 1218, Chemin des gouverneurs à Sainte-Julienne. « J'ai aimé travailler ici, je ne sais pas, c'est viscéral », souligne Guy. « Nous passions plus de temps ensemble ici qu'avec nos épouses », renchérit Robert avec un grand sourire. Justement, comment avez-vous fait pour vous entendre à ce point ? « Je l'ignore encore », raconte Guy. « On se mêlait de nos affaires et chacun faisait ce qu'il avait à faire. Il n'y avait pas de chicane », reprend Robert. « Même les représentants nous disaient comment ils appréciaient venir ici… eux aussi se demandent encore comment n ous avons fait », rigole Guy. Il faut dire que l'aventure commence tôt pour les fils d'Hervé Varin. Dès 1942, le fondateur lance son entreprise chez son beau-père (qui possédait une beurrerie) et, en 1949, il déménage ses pénates où est située l'actuelle bâtisse sur le Chemin des Gouverneurs. « Au début, c'était des châssis en bois. On faisait tout de A à Z », se souvient André, qui fêtera lui aussi son 70e anniversaire le 31 mai prochain.

Incendie

Un incendie, le 23 décembre 1955, vient près de tout foutre en l'air, mais la persévérance et le travail et le soutien de Maurice Simard sauvent l'entreprise. « Je ne sais pas si sans l'aide de M. Simard, nous aurions pu rebâtir », indique Guy. Donc, le temps de reconstruire, H. Varin poursuit sa production à Sainte-Anne-des-Plaines et dans le rang du Cordon. Les activités reprennent et les frères Varin poursuivent leur cheminement.

Étiennette Varin

Les trois hommes ont aussi rendu hommage à leur mère, Étiennette. « Y avait popa, mais moman aussi était là. On peut dire que ce sont les fondateurs. C'est elle qui nous a montré à poser le mastic », se souvient Robert. « Je lui lève mon chapeau », renchérit Guy. Aujourd'hui, les trois hommes ont ralenti leurs activités, mais demeurent toujours à l affût de ce qui se passe chez H. Varin et Fils, après tout, les fils ce sont eux ! Nous invitons à voir le vidéo et bien plus de cette entrevue sur le www.lexpressmontcalm.com

Lieux géographiques: Sainte-Julienne, Rigole Guy, Le Chemin Sainte-Anne-des-Plaines Rang du Cordon

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires