Esther-Blondin : inauguration grandiose du Pavillon de la culture

Louis
Louis Pelletier (Joliette)
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le Collège Esther-Blondin de Saint-Jacques a inauguré, mercredi, son magnifique pavillon de la culture. Cet investissement privé, de plusieurs millions de dollars, a été réalisé sans subvention.

Celui-ci comporte une salle de spectacles de 508 places à la fine pointe de la technologie, une scène plus large que coutume et un parterre d'à peine 12 rangées.

Le pavillon compte aussi quatre salles de répétitions. « Nous pourrons, au fil des ans, accueillir 40 groupes plutôt que 36 actuellement », a précisé Stéphane Mayer, directeur adjoint.

« Ce pavillon, a-t-il ajouté, c'est un investissement dans l'avenir, dans le mieux-être de notre clientèle afin, comme dit notre slogan, de réussir comme personne.»

La construction, réalisée par la firme Bernard Malo de Joliette, a été complétée dans le respect des délais et des budgets. Les inévitables pépins en cours de route ont, dit-il, vite été résolus.

La cérémonie comportait à l'accueil un tapis rouge qu'ont foulé les centaines d'invités accueillis par la musique d'ambiance de l'ensemble Décibel dirigé par Gerry Martel.

Quinze membres des Soeurs de Sainte-Anne, congrégation qui a fait construire le collège il y a plus de 60 ans, ont assisté à cette nouvelle page de son histoire. «Notre ordre religieux a été fondé pour les jeunes. Quel bel investissement. Longue vie au collège !», a déclaré la provinciale des Sœurs de Sainte-Anne et ex-enseignante du collège, Claudette Archambault.

Dans l'assistance, des enseignants à la retraite tels Georgette Bellavance et Mario Gaudet. «Que de changements. J'ai connu l'époque où il n'y avait que 500 élèves. Que des filles», a rappelé l'éducateur physique.

«Les enfants qui suivent des cours d'arts ne peuvent espérer mieux. Chapeau aux concepteurs. De par sa taille, cette salle répond à un besoin dans la région», a fait valoir le président du comité de parents, Benoit Richard.

Francis Bérubé et Frédéric Bricault pourront écrire dans leur «C.V.» qu'ils ont été les premiers à monter sur la scène du pavillon, pour un bref et amusant sketch déguisés en ouvriers de la construction. Ils ont, après tout, précédé le réputé ténor Marc Hervieux.

Les participants ont pu aussi apprécier la chorale et le combo de l'harmonie Mozart sous la direction de l'enseignant Serge Fréchette. À la demande expresse de Julie Pothier, ceux-ci ont entonné un classique de Louis Armstrong: «What a beautiful world.»

Une grande absente…

Contrairement à ce qui était annoncé une semaine plus tôt, l'inauguration s'est déroulée en l'absence de la directrice-générale, Julie Pothier. « Nous vivons ce soir une grande ambivalence entre la joie et la tristesse, Mme Pothier combat à nouveau un cancer. C'est une battante. Nous sommes de tout coeur avec elle », a lancé à l'assistance le président du conseil d'administration, Roger Bergeron. « Cette cérémonie, a ajouté le directeur par intérim Stéphane Mayer, c'est un peu comme un baptême en l'absence de la maman. Je sais que ce soir, Julie Pothier pense à nous. Nous pensons à elle. » Embauchée au collège en 2006, Julie Pothier a piloté le vaste programme d'amélioration des structures qui s'est traduit par l'aménagement d'un atelier de technologie, l'agrandissement de la cafétéria et du pavillon des sports et finalement, le pavillon de la culture.

Organisations: Collège Esther-Blondin de Saint-Jacques, Bernard Malo de Joliette

Lieux géographiques: Sœurs de Sainte-Anne

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires