« Rien n'a bougé dans Lanaudière depuis 10 ans » François Legault

Jean
Jean Joubert
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

L'éducation, la santé et l'économie sont mal en point dans la région

NDRL Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault a accordé une entrevue exclusive à L'Express Montcalm la semaine dernière. Le chef de la CAQ parle notamment d'économie, d'éducation et de santé. Il parle aussi de son ancien comté et de ses craintes à l'approche des élections.

« Lorsque j'ai été élu, il y a 10 ans, Lanaudière était aux prises avec un lourd taux de décrochage scolaire, un manque d'argent en santé et une économie qui avait des problèmes à générer de la richesse. Dix ans plus tard, rien n'a changé. Le taux de décrochage est semblable, Lanaudière vit toujours l'iniquité financière en santé et il manque d'entrepreneurs privés pour secouer l'économie. Pourquoi ? Simplement parce que les bonnes décisions n'ont jamais été prises, en fait aucune décision n'a été prise par le gouvernement libéral. », analyse François Legault. C'est le tout premier constat que fait le chef de la CAQ lors d'un entretien dans ses bureaux à Montréal. La CAQ, qui présentera sept candidats dans Lanaudière lors du déclenchement des élections, entend faire de l'éducation - lutte au décrochage - sa priorité dans la région. En investissant 1 milliard dans les écoles du Québec, en redonnant le pouvoir aux enseignants, en valorisant leur travail et en abolissant les commissions scolaires, la CAQ croit être en mesure d'offrir davantage à la population scolaire. « Disons que les commissions scolaires ne sont pas les meilleurs investissements pour engendrer la réussite. Par contre, des écoles autonomes et responsables qui partageraient des services avec d'autres écoles seraient, à mon avis, plus performantes. L'implication et la responsabilisation de tous sont les clés », avance M. Legault. La CAQ a aussi l'intention de bonifier les salaires des enseignants de 20 %. M. Legault va même plus loin dans sa stratégie. « Dans les milieux défavorisés, la bonification pourrait être de 30 % du salaire afin d'attirer et de conserver les enseignants en poste, afin d'éviter un roulement de personnel », croit M. Legault.

Investisseurs privés

Au chapitre de l'économie, François Legault croit que ce sont les entrepreneurs privés qui peuvent créer de la richesse tant au Québec que dans la région et qu'un plan de planification « MRC par MRC doit voir le jour ». Le chef de la CAQ estime que l'on doit favoriser et faciliter les projets privés. Pour y arriver, la CAQ veut modifier les rôles des Centres locaux de développement (CLD) et d'Investissement Québec. « Investissement Québec deviendrait un guichet unique pour les projets et les CLD, la porte d'entrée » dit M. Legault, en ajoutant qu'il faut doter les CLD des outils nécessaires pour convaincre les « privés » d'investir. Du capital de risque, de l'aide à la formation et même des subventions pourraient devenir les outils proposés pour les CLD. « Actuellement, le CLD de Montcalm n'a pas les outils pour attirer et convaincre les investisseurs de s'établir dans Montcalm », précise M. Legault.

Iniquité en santé

« Le manque à gagner de Lanaudière en santé est passé de 30 M$ à 40 M$ en 10 ans, c'est inacceptable. La région est toujours la plus pauvre en argent, en omnipraticiens et en spécialistes. Et ne parlons pas des urgences », constate M. Legault. Pour lui, deux éléments pour désengorger tout le système de santé : une première ligne forte, constituer des médecins de famille et, aussi plus de service en soins à domicile. Pour ce faire, la CAQ entend réviser la rémunération des médecins, favoriser le développement des Groupes de médecine familiale (GMF), suggérer la délégation d'actes médicaux et assurer une présence les week-ends. « C'est faux de prétendre qu'il manque de médecins au Québec. C'est pour cette raison que nous proposons de modifier la façon de payer les médecins. Ainsi 50 % de la paie serait attribué s'il y a prise en change de 1 000 patients par médecin, ce qui un ratio tout à fait réalisable. Il y a trop de médecins qui font du sans rendez-vous », estime-t-il.

« Il ne s'agit pas d'un débat entre souverainistes et fédéralistes ou entre la gauche ou la droite. C'est un débat entre le statu quo ou le changement pour l'avenir du Québec »

Épouvantails

« Ma plus grande crainte lors des prochaines élections est que M. Charest et le Parti libéral avec un compte en banque de 10 M$ fassent de la publicité négative, fassent peur à la population et déforment les propositions de la CAQ », raconte François Legault, très conscient que la résistance aux changements est une réaction très humaine. C'est donc 125 candidats qui seront en lice lors des prochaines élections provinciales. Le candidat de Rousseau est-il choisi ? « Non, pas encore, mais comme Lanaudière est une région ouverte aux nouvelles propositions, il n'est pas exclu qu'un ou deux candidats vedette se pointent dans la région », a conclu le chef de la CAQ.

Organisations: CLD de Montcalm, Coalition, MRC Investissement Québec GMF Parti libéral

Lieux géographiques: Québec, Montréal, Développement des Groupes Rousseau

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires